Approbation de cinq opérateurs mobiles pour la vente aux enchères 5G

5G antenne

Les noms des gagnants ne seront annoncés qu’après la vente aux enchères. Il s’agit vraisemblablement de Telenet, Proximus, Orange, Citymesh et d’un cinquième acteur encore inconnu.

Cinq opérateurs mobiles ont présenté leur candidature pour la mise aux enchères de la 5G en juin 2022. Les noms n’ont pas encore été divulgués par l’IBPT, mais le régulateur les a déclarés tous les cinq admissibles. Des exigences spécifiques telles que la vitesse minimale par bande de fréquences, les obligations de couverture territoriale et le spectre réservé aux acteurs nouveaux et existants seront déterminés par bande de fréquences radio.

Après avoir gagné une enchère, l’opérateur mobile reçoit une licence pour construire un réseau national dans les fréquences radio attribuées ou pour poursuivre l’exploitation d’un réseau existant.

Fréquences disponibles

L’IBPT organise trois ventes aux enchères :

  • 900 MHz, 1800 MHz et 2100 MHz pour les applications 2G, 3G et 4G. Ceux-ci sont actuellement déjà activement utilisés par les opérateurs mobiles. Cinq demandes ont été soumises et approuvées.
  • 700 MHz, 1400 MHz et 3600 MHz pour la technologie 5G. Il s’agit de nouvelles bandes de fréquences.

Les bandes de fréquences entre 3400 MHz et 3800 MHz sont les plus importantes pour la 5G, car elles constituent la bande de capacité. Cinq demandes ont été soumises et approuvées. La bande 700 MHz pour la couverture 5G est importante pour obtenir une couverture à l’échelle nationale. Pour les deux enchères, tous les candidats ont été déclarés admissibles.

La bande de 1400 MHz est la seule où seuls trois fournisseurs ont soumis une demande. Il est principalement utilisé pour une capacité de téléchargement supplémentaire à des volumes plus élevés.

L’IBPT organise une vente aux enchères simultanée de plusieurs tours d’enchères, analogue aux précédentes ventes aux enchères de fréquences en Belgique. Tous les opérateurs participent à la mise aux enchères en juin 2022 de manière anonyme. Ce n’est qu’après l’attribution du spectre que l’IBPT annonce les noms. Le spectre mis aux enchères est attribué pour 20 ans.

Quatrième acteur des télécoms

Avec la mise aux enchères, l’IBPT laisse la place à l’arrivée d’un quatrième opérateur. Il est probable que Citymesh (ainsi que Cegeka) s’y intéresse. Cette entreprise ne cache pas son ambition de concurrencer Telenet, Proximus et Orange. Naturellement, les trois grands opérateurs prévoient également d’acheter à nouveau leur part du gâteau.

Orange teste des sites 5G en Belgique depuis plus d’un an, notamment dans le port d’Anvers, et propose dès aujourd’hui une option 5G à ses clients. Telenet souhaite également connecter rapidement les régions aux réseaux mobiles 5G et teste depuis près d’un an un grand réseau 5G à Louvain avec l’imec et la KU Leuven. Proximus dispose déjà d’une plate-forme d’innovation 5G pour les entreprises et a été le premier à lancer une option pseudo 5G pour tous les clients en 2020.

Le cinquième candidat fait encore l’objet de spéculations. L’entreprise française Free est un candidat potentiel en tant que fournisseur à bas prix, mais il y a aussi d’autres candidats.

En France, la valeur des enchères a atteint 2,8 milliards d’euros, tandis qu’en Italie, le produit a grimpé à 6,5 milliards d’euros. En Belgique, les recettes sont estimées à 800 millions d’euros.

Feuilleton politique

La vente aux enchères sera la dernière pièce d’un triste feuilleton dans lequel des discussions politiques futiles ont retardé d’environ trois ans le déploiement de la 5G dans notre pays. Le gouvernement fédéral et les États fédérés n’ont pas pu se mettre d’accord sur la manière de répartir l’argent de la vente aux enchères et ne voulaient pas collecter l’argent d’abord et le répartir ensuite. C’est pourtant ce que le ministre des Télécommunications de l’époque avait proposé en 2019.

Après trois années de suspense, marquées par les appels des opérateurs à réglementer la vente aux enchères, le gouvernement en place a finalement décidé de placer le produit estimé à 800 millions sur un compte séparé et de réglementer la distribution ultérieurement. Une fois que la décision a été prise, le décret royal autorisant la vente aux enchères a enfin pu être voté et publié. Heureusement, les opérateurs belges ont déjà pu lancer des projets pilotes ces dernières années, grâce à l’IBPT.

Surplus pour les réseaux 5G privés

Après cette vente aux enchères, nous verrons s’il reste du spectre dans la bande 3 400 MHz – 3 800 MHz. Si tel est le cas, il y aura un décret royal pour les réseaux privés. Les fournisseurs tels que NTT, AWS et Cisco voient beaucoup de pain dans les réseaux 5G privés avec des services as-a-Service prêts à l’emploi, mais ne peuvent encore rien signifier en Belgique.

« En Belgique, une licence est toujours requise pour un réseau 5G », a confirmé Jimmy Smedts, porte-parole de l’IBPT, à ITdaily. Même lorsqu’il n’y aura plus de bandes de fréquences disponibles après la mise aux enchères, notre pays veut permettre la mise en place de réseaux 5G privés. « Dans ce cas, nous ouvrirons la bande 3 800 MHz – 4 200 MHz pour les réseaux 5G locaux », a déclaré Smedts. « Il faudra alors définir un décret royal pour cela également, et une licence sera toujours nécessaire pour ces réseaux également. »

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison